Avenue Arthur Roux - 04 350 MALIJAI

Tél./Fax : 04.92.34.59.15

Bassin de la bléone > Activités humaines et usages

Activités humaines et usages


La population du bassin
Les activités agricoles
Les activités industrielles
Les activités touristiques et de loisirs



Caractéristiques de l’agriculture sur le bassin

La reconstruction après guerre de la vallée des Duyes a été suivie d’un important développement agricole, sensible également en amont de Digne. L’activité agricole perdure, notamment à Mirabeau, dans les Duyes et Marcoux. Elle contribue à l’identité du bassin versant par la mosaïque de milieux ouverts et fermés qu’elle crée.

th/icone-information.png

Quelques chiffres :

 

Le nombre total d’exploitations en 2000 était de 247 contre 531 en 1979.

Le nombre d’agriculteur s’est trouvé réduit dans les mêmes proportions.

Source Agreste 2000

Cette alternance augmente la richesse écologique et contribue à la variété des paysages. Si la population est peu consciente de cette richesse, en revanche elle considère l’agriculture comme garante d’un patrimoine paysager car, elle est l’artisan de l’entretien des paysages notamment par l’élevage ovin, localement très développé. C’est pourquoi la population dans son ensemble y est particulièrement attachée. L’agriculture représente un véritable patrimoine culturel.

Cependant le nombre d’agriculteurs s’est considérablement réduit c’est pourquoi les élus locaux sont tant attachés à préserver les terres agricoles des attaques de la rivière.

L’élevage ovin est caractéristique des vals de Bléone. Le pastoralisme est donc très présent.

Les cultures comportent principalement des céréales et des vergers.

 

 

Usages associés

L’agriculture qui représente une activité essentielle sur le bassin de la Bléone a façonné les paysages, mais aussi le réseau hydraulique de la Bléone par l’aménagement de nombreux canaux destinés à l’irrigation.

L’irrigation est structurellement à dominante gravitaire (55% de la surface irrigable). L’aspersion couvre aussi une surface importante (45% de la surface irrigable). La micro-irrigation reste marginale. Ces surfaces sont basées sur la surface irrigable et donc ne préjugent pas de la surface réellement irriguée.

 

L’essentiel des prélèvements sont réalisés par des prises d’eau directes en rivière. Ces prélèvements alimentent des réseaux gravitaires collectifs gérés par des Associations Syndicales Autorisées (ASA) ou des Associations Syndicales Libres (ASL).

On signalera également :

  • un réseau collectif sous pression dans la vallée des Duyes (réservoir de Vaulouve géré par la Communauté de Commune Duyes – Bléone).
  • Des réseaux d’irrigation individuelle alimentés par des eaux de surfaces (rivière ou canaux), les eaux de nappe et les adoux.



Documents relatifs au Bassin de la bléone


Le contrat de rivière Bléone


L’observatoire de la Bléone